Interview Club iP Prévention

Publié par Marc De Brandt

 

« Demain, la prévention devra être pluridisciplinaire, paritaire & coopérative »

ip_preventionLe Club iP Prévention est officiellement lancé en France, en Région Languedoc Roussillon/Midi Pyrénées, depuis le 1er février 2016. Un club qui se veut un rassemblement collaboratif des différents acteurs de la prévention des risques professionnels, de la sûreté et de l’environnement. Son fondateur, Régis Marchal, ancien responsable prévention et sûreté à la SNCF, s’y consacre aujourd’hui à 100%, un choix dicté par la passion de la prévention et le besoin de la partager.

Pour l’instant, le projet se veut axé autour d’un club à vocation paritaire au sens formel du terme rassemblant organisations patronales et de salariés, la fonction publique et les collectivités, les entreprises du secteur privé ou public, & les « acteurs de la prévention », avec les IPRP (intervenants en prévention des risques professionnels), les préventeurs et conseillers prévention, les avocats, psychologues, experts comptables etc…toutes les professions qui ont aujourd’hui un regard nouveau sur la nécessité de prévenir les risques.


« Dans une grande entreprise, la prévention n’est plus à la portée des seuls préventeurs, elle est trop liée aux événements sociaux, politiques et économiques dans lesquels s’inscrit la vie de l’entreprise »
Regis_Marchal
Quelle est l’idée à l’origine de la création de ce Club iP ?

Régis Marchal : En fait, il y a trois idées principales. Tout d’abord, la passion, le plus important dans un projet bénévole de cet envergure, ensuite, le constat partagé par d’autres, qu’aujourd’hui, dans une grande entreprise, la prévention n’est plus à la portée des seuls préventeurs, elle est trop liée aux événements sociaux, politiques et économiques dans lesquels s’inscrit la vie de l’entreprise.


On ne peut construire des actions de prévention durables que si les acteurs de ces différentes fonctions travaillent ensemble, avec un objectif partagé dans les faits. Et généralement, il faut une entité extérieure pour orienter et imposer une vision devenue audible & crédible. Le préventeur en entreprise est souvent seul, face à de nombreuses contradictions entre la passion de son métier, son implication et le découragement face aux actions réellement mises en place. Il a besoin d’appuis et de partages.
Et pour finir, le club a pour ambition de créer un « mécénat prévention » en mobilisant des préventeurs, des grandes entreprises pour apporter un soutien aux plus petites.
Car de par sa complexité et son évolution permanente, la prévention est une problématique très difficile pour les TPE/PME.

Le Club iP Prévention a-t-il une vocation nationale ou …au-delà ?

Régis Marchal : Bien qu’implanté en Occitanie, le Club iP Prévention a clairement une vocation nationale, et au-delà, dans les pays francophones. Le milieu de la prévention est très actif en Belgique, en Suisse, au Luxembourg et de plus en plus de demandes viennent des pays d’Afrique du Nord où la prévention est en plein essor. Pour la Belgique, c’est tout particulier, puisque c’est une entreprise Belge qui a financé ma participation à Préventica Toulouse en 2015. Donc, c’est déjà une longue histoire ! et nous avons beaucoup à apprendre de nos voisins. De plus nous pouvons annoncer une collaboration réciproque entre www.laprevention.be (Marc De Brandt) et nous-mêmes. Un programme spécifique va être analysé, avec des activités sur les deux territoires.
Il est vraisemblable que le fonctionnement se fera à terme avec des délégations dans les régions françaises et les pays francophones. Les demandes existent, le besoin est présent, et nous essaierons d’y répondre.
Mais, la vocation de ce club est aussi de pouvoir jouer un rôle de contre-pouvoir face aux décisions politiques et économiques concernant la santé et sécurité au travail. Il doit pouvoir incarner une communauté d’intérêt dépassant les clivages habituels.

Concrètement, comment comptez-vous travailler ?

Régis Marchal : Nous souhaitons que le travail se fasse en mode projet, Start up, pour ne pas être contraint par une lourdeur caractéristique de ce milieu. Il est nécessaire de tester, de se tromper et de répondre vite aux demandes. Les actions en route sont nombreuses et seront bientôt détaillées.
L’objectif prioritaire, mais également le plus long à mettre en place, est de lancer les réunions de co-développement avec des grandes entreprises, de leur permettre d’échanger et partager, d’exposer leurs problématiques et d’avoir en retour des préconisations de leurs pairs et des experts présents. L’idée est ensuite de pouvoir transférer les solutions à d’autres entreprises (grandes et petites) et de les adapter dans le nouveau contexte, car la prévention des risques ne doit pas se limiter à un simple copier/coller.
Ce co-développement aboutira avec la reconnaissance du Club iP Prévention et de son intérêt, donc à nous d’y travailler !


Quelles sont les prochaines échéances ?

Régis Marchal : Ne nous voilons pas la face, c’est un travail de longue haleine qui s’inscrira dans le temps, et il ne faut pas se précipiter. Comme souvent, il y a beaucoup d’attentisme. Le concept intéresse tout le monde mais beaucoup veulent voir si ça va fonctionner avant de s’investir. Il faut donc dans un 1er temps convaincre, fédérer et vendre ce concept, auprès d’institutions, fédérations, organisations, entreprises et même auprès des acteurs de la prévention, les premiers concernés. Des partenaires nous ont déjà rejoints, et c’est une première étape importante. Le Club va se développer prochainement sur la région Rhône Alpes et sur le Grand Est français.

2016 sera également le lancement d’un concours prévention, probablement en partenariat avec ce site et si possible conjointement avec son fondateur. Les Défis iP SST, avec l’enseignement supérieur QSE dans un 1er temps, puis pourquoi pas le généraliser ensuite dès le primaire : je vais reprendre un terme que j’utilise souvent : « ancrons » la prévention dès l’enseignement, c’est une nécessité pour progresser durablement.
2016 et au-delà, et je profite de cette interview pour l’annoncer en avance, une collaboration espérée avec la Belgique sur des projets Prévention innovants qui vont dépasser le cadre de nos deux pays. Il est temps de travailler ensemble pour faire progresser la prise en compte de la prévention et promouvoir ce qui se fait de bien !

Rejoignez-nous sur les réseaux et préparons l’Avenir Prévention Ensemble.

www.ipprevention.com
www.facebook.com/leclubiPPrevention
https://twitter.com/100_prevambule
https://fr.linkedin.com/in/regismarchal

Mail : contact@ipprevention.com

Les commentaires sont fermés.